Livres Nouvelle Hypnose

Nouvelle Hypnose Jean BECCHIONouvelle Hypnose, Initiation et Pratique. Dr Jean BECCHIO, Dr Charles JOUSSELIN


 La Nouvelle Hypnose. Vocabulaire, principes et méthode. Dr Jean GODIN



Hypnose Paris,EMDR Paris,Thérapie Brève Paris

Syndiquer le contenu
Hypnose à Paris, Ericksonienne, Thérapeutique, Médicale. Cabinets de Praticiens en EMDR, IMO, Thérapie Brève. Formation, Consultations et Avis
Mis à jour : il y a 2 heures 45 min

Bases de l’hypnose en maternité et préparation à l'accouchement.

jeudi 19 juillet 2018 - 22:19
Valérie TOUATI-GROSS, Hypnothérapeute et Ostéopathe, de L’Equipe du Cabinet d’Hypnose, EMDR et Thérapies Brèves de Paris 12, et membre du CHTIP était bien entendu présente au Congrès Hypnose et Douleur de Juin 2018, et a assisté à bon nombre de conférences… Voici celles qui l'ont le plus marquée… Bases de l’hypnose en maternité. Hélène Saulnier, sage-femme, hypnothérapeute. 
7ème Congrès International Hypnose et Douleur. 
Formation Continue en Hypnose Ericksonienne, Hypnose Médicale.

Les objectifs de l’initiation hypnose et maternité sont de découvrir ce qu’est l’hypnose et quels sont les champs d’application en maternité. 

La grossesse, l’accouchement, l’accueil du nouveau-né, le devenir parent sont des étapes fondamentales dans la vie d’un couple. C’est parfois une crise, un chaos où se côtoient des contraires : joie-douleur, confiance-peur, vie-mort. 
L’outil hypnotique est particulièrement adapté tant pour l’anxiolyse, l’analgésie, que pour la préparation au changement. 

Seront abordées des techniques de communication, des techniques de focalisation, puis de dissociation (hypnose dite formelle). 

Exercices : 
• Focalisation pendant la contraction 
• Techniques respiratoires 
• Expérimentation des sons 
• La sensorialité du nouveau-né 

Objectifs : 
• Préparation à l’accouchement 
• Le cri en salle d’accouchement 
• L’accueil du nouveau-né 



Préparation à l'accouchement. Complémentarité du travail des sages-femmes Ludivine Durey, masseur-kinésithérapeute - Isabelle Bardet, IADE 
7ème Congrès International Hypnose et Douleur.

Notre collaboration entre une kinésithérapeute et une IADE, nous permet d’apporter une approche corporelle dans l’accompagnement hypnotique, qui se trouve dans notre établissement, le CH de Gonesse, être complémentaire du travail réalisé par les sages-femmes. 

Cette préparation a pour objectif de recadrer et de préparer pour la pose de péridurale, en fonction des patientes de préparer à la prise en charge de la douleur, d’intégrer l’accompagnant en lui permettant de devenir le coach et de trouver une place dans l’espace de soin. 

L’apprentissage de l’auto-hypnose, avec ou sans accompagnant, permet d’appréhender au mieux l’accouchement. 

Exercices pratiques : 
• À partir de vidéos, repérer les signes relatifs à l’état de la patiente et de trouver des outils adaptés. 
• Danser pour intégrer le mouvement et le travail postural. 
• Laisser les mains expérimenter les contractions utérines à l’aide d’un ballon. 

Objectifs : 
• Développer la créativité du thérapeute en lien avec les ressources des couples. 
• Comprendre les spécificités du travail hypnotique en maternité. 
• Apporter des stratégies d’interdisciplinarité autour de l’accouchement, un même outil, des compétences différentes, des ressources différentes. 

Mots-clefs : 
Gestion de la douleur, Accouchement, Couple, Mouvement, Auto-hypnose, Anesthésie. Interdisciplinarité 

- Hypnose et FIV. L'interview de Valérie TOUATI-GROSS


- Hypnose Ericksonienne, EMDR et Ostéopathie

Hypnose per-opératoire, stimulation médullaire et Bases de l’hypnose en douleur aigüe.

jeudi 19 juillet 2018 - 17:18
L’Equipe du Cabinet d’Hypnose, EMDR et Thérapies Brèves de Paris, et des membres du CHTIP étaient bien entendu présents au Congrès Hypnose et Douleur de Juin 2018, et ont assisté à bon nombre de conférences… Voici celles qui nous le plus marqué… Hypnose per-opératoire et stimulation médullaire. Dr Chantal Wood, médecin 
7ème Congrès International Hypnose et Douleur. 
Formation Continue en Hypnose Ericksonienne, Hypnose Médicale.  Les travaux de M.E. Faymonville ont permis à l’hypnose de trouver sa place au sein des blocs opératoires (Faymonville et al. 1997 ; Faymonville et al. 1995), en diminuant le stress, l’anxiété et la douleur des patients opérés en chirurgie éveillée. 
La prise en charge des Lombo-Radiculalgies Post-Opératoires (LRPO) par Stimulation médullaire épidurale (SME) nécessite l’implantation d’une électrode chirurgicale ou percutanée en regard des cordons postérieurs de la moelle épinière. L’efficacité de cette technique est attestée par de nombreuses études multicentriques, prospectives et randomisées. 

Toutefois, l’efficacité de la SME est entre autres dépendante du niveau d’implantation de l’électrode qui doit être insérée dans l’espace épidural correspondant à l’étage cible. Or, malgré des similitudes anatomiques interindividuelles, l’emplacement exact de l’électrode varie d’un patient à l’autre. 
Dans l’idéal, l’intervention est réalisée sur des patients éveillés pour qu’ils aident le chirurgien à déterminer le bon positionnement de l’électrode (Guetarni and Rigoard 2015). Cependant, l’intérêt d’une telle pratique reste controversé. En effet, la chirurgie éveillée peut, d’une part, être inconfortable et provoquer de l’anxiété chez les patients, mais aussi complexifier le travail du chirurgien implanteur qui doit faire face aux mouvements des patients. 

Nous avons proposé de l’hypnose per-opératoire à 16 patients pour la mise en place d’électrodes de neurostimulation médullaire, percutanée ou par abord chirurgical. Avant la chirurgie, leurs canaux sensoriels habituels (PAVTOG) ont été déterminés. Pendant l’intervention, notamment lors des gestes les plus invasifs, une interaction active a été demandée aux patients pour les aider à se focaliser sur autre chose que leur douleur. 

Cet accompagnement a non seulement permis une implantation optimale de l’électrode assurant une couverture paresthésique la plus large et précise possible mais aussi de réduire le stress, l’anxiété, et la douleur des patients qui tous, souhaitent renouveler cette technique ou la proposer aux autres patients. 

Objectifs 
• Intérêt d’une interaction physique, pont entre le patient et l’équipe chirurgicale. 
• Intérêt de l’interaction active lors des moments les plus douloureux. 
• Mémoire du geste améliorée 

Liste des Mots-clés : 
Bloc chirurgical, Douleur aiguë, Hypnose conversationnelle, Chirurgie, interaction, Vidéo 

Toujours une chance et un plaisir de côtoyer Chantal WOOD dans nos formations au CHTIP Collège d'Hypnose et Thérapies Intégratives de Paris... En savoir plus sur Chantal WOOD






Bases de l’hypnose en douleur aigüe. Dr Vincent Tubert - Christine Watremez, médecins anesthésistes 
7ème Congrès International Hypnose et Douleur. 
Formation Continue en Hypnose Ericksonienne, Hypnose Médicale.  Qu’est-ce que l’hypnose ? Comment cela fonctionne ? Comment cela peut-il aider en douleur aiguë ? 
En premier lieu, pour comprendre ce qu’est l’hypnose, nous avons besoin de comprendre nos différents états de conscience. Ensuite, nous allons aussi exposer brièvement les bases scientifiques qui nous permettent de dire que l’hypnose modifie le ressenti douloureux. 

Enfin, pour utiliser l’hypnose dans le cadre de nos soins, nous devons connaître : 
• Des techniques de communication (permettre d’éviter de générer ou d’augmenter des douleurs) 
• Des techniques de focalisation (pour permettre au patient de s’en éloigner) 
• Des techniques de dissociation (reset, gant magique…) 
• 
Toutes ces techniques permettent à chaque patient d’accéder à l’état hypnotique. Nous décrirons comment l’utilisation de la sensorialité et de la respiration peut aider à gérer des périodes de douleur aiguë. Chacun pourra faire l’expérience de techniques faciles à utiliser. L’un ou l’autre exercice sera proposé. Cet atelier sera bien sûr adapté en fonction des attentes des participants. 



Exercices pratiques 
• Exercice d’analgésie 
• Exercice sur la respiration 
• Exercice de mirroring 

Objectifs 
• Comprendre comment l’hypnose agit sur la douleur 
• Expérimenter une analgésie 
• Recevoir les techniques de base (respiration…) 

Liste des Mots-clés : 
Apprentissage, Communication, Conscience, Langage hypnotique, Transes, Sensorialité, Respiration 

Congrès Hypnose et Douleur de St Malo, les inductions rapides avec le Dr Velt Messmer.

jeudi 19 juillet 2018 - 16:11
Juin 2018."Voici ce que disait le programme de cet atelier: « Dans certaines situations, il est important d’obtenir un accès rapide, en quelques secondes, à la partie inconsciente du patient. Ceci peut être réalisé par l’utilisation de méthodes sûres et rapides pour un état de transe confortable et paisible. Dans cet atelier, une palette de méthodes d’inductions sera proposée et pratiquée (démonstrations et exercices). Aussi bien des techniques connues que des techniques exotiques".
Si tel était le programme proposé au cours de cet atelier, je me suis surtout intéressé à ce qui pouvait se jouer, pour le sujet lambda, lorsqu’il décide de monter sur scène afin d’expérimenter l’hypnose, devant un public.
Alors que nous étions confortablement installés dans ce bel amphithéâtre malouin, je décide de « monter sur scène » afin de mieux comprendre la fascination que peut exercer un « hypnotiseur » sur son sujet.

Pour moi qui ai plus l’habitude de me retrouver sur le devant de la scène en tant qu’intervenant, voici une expérience nouvelle…

Déjà, se lever de son siège, pour se transporter sur scène, amène un début de transe, à chaque pas pour rejoindre l’estrade, et encore plus intense à chaque marche montée.

Le fait que d’un coup, les projecteurs soient braqués sur les yeux du sujet, amènent un inconfort relatif… Et la meilleure façon de sortir de cet inconfort, est de baisser les yeux et de rentrer un peu plus à l’intérieur de soi, de se dissocier du monde extérieur, comme si le monde extérieur devenait incommodant.

Pour plus de sécurité encore, la présence de l’intervenant devient plus importante que prévue, et là, la relation se créée, « à l’insu de notre plein gré »…

Comme si le reste autour n’existait plus…
Comme si le lien se créait naturellement avec l’autre…
Comme s’il devenait une bouée de sauvetage…
Comme s’il n’était plus que le seul lien nous reliant à la réalité…
Comme si toutes les conditions de la transe étaient réunies, et donc, quelque soit la technique employée, elle ne peut pas ne pas fonctionner dans ce contexte.
« L’hypnotiseur », ne va être qu’un catalyseur de contexte, puisque tous les ingrédients de la transe sont déjà présents dans la marmite de notre inconscient.

Certes, les diverses techniques utilisées par l’opérateur, certaines assez brutales et clash, d’autres bien plus respectueuses ne nous ont pas apporté grand chose au niveau de nos pratiques utilisées dans nos cabinets.

La grande différence avec de ce que j’ai pu voir de l’hypnose de music-hall, est la notion de respect du professionnel de santé, respect dans la réassociation, respect avec son caractère non autoritaire, respect, respect...

Et je n’ose imaginer, lors des spectacles d’hypnose « à la Messmer », (celui qui a pris comme pseudo, celui de ce grand nom de l’hypnose et médecin du 18ème siècle), ou dans l’hypnose de rue, cette hypnose de trottoir, l’état de dissociation, de désassociation (terme emprunté au psychiatre Luc Farcy), dans lequel les cobayes doivent se retrouver lorsque l’éthique est absente et la technique maladroite…

Alors, en conclusion, à l’Ouest, rien de nouveau…